Option 1: Un épargnant souscrit son REER à l’âge de 25 ans, cotise 1 000 $ par année, touche un rendement annuel moyen de 8 pour cent et est imposé au taux de 40 pour cent. Il verse sa dernière cotisation à l’âge de 71 ans.

Option 2: Un épargnant souscrit un compte non enregistré à l’âge de 25 ans; il veut aussi cotiser 1 000 $ par année, mais il doit d’abord payer l’impôt sur ce montant, de sorte qu’il ne lui reste que 600 $ à placer. Son placement offre également un rendement de 8 pour cent et il est imposé au taux de 40 pour cent. Il verse sa dernière cotisation à l’âge de 71 ans.

Le résultat final parle de lui-même : grâce à l’avantage du report d’impôt d’un compte enregistré (Option 1), la valeur du REER est de 489 132 $ lorsque l’épargnant atteint 71 ans. En comparaison, la valeur du compte non enregistré (Option 2) n’est que de 213 548 $ après imposition. L’écart est de 79 932 $*.

Cet exemple illustre que, même si les retraits sont imposés, un placement dans un REER est quand même avantageux grâce au report d’impôt.

Croissance d’un placement enregistré vs un placement non enregistré

Growth of a registered vs. non-registered investment

À titre indicatif seulement

* Exemple basé sur l’hypothèse que la fraction imposable du revenu de placement est de 25 pour cent, le taux d’imposition du revenu de placement est de 25 pour cent et l’impôt sur le revenu annuel déboursé par l’épargnant qui place dans un compte non enregistré est prélevé sur le fonds.

X

Visualisez le contenu de ce site sur la nouvelle application FOND COMMUNS MANUVIE pour iPad.

Télécharge maintenant Me le rappeler plus tard